Blog Image

blog

Les photos et leurs histoires

Afin de montrer notre travaille et de vous informez à propos de tout ce qui touche à la photographie (en Maroc et en générale)

Recevoir des alertes dans votre boîte à lettre? Bienvenue ici

© Photography Véronique & Marc.
http://www.vmphotography.be

Gueliz, chasse au trésors

Perso Marc Posted on ven, mai 05, 2017 20:05:46

J’ai déjà écrit avant au sujet des images prises de la Médina par rapport
les images de la nouvelle ville Gueliz. Surtout pendant nos activités de
l’atelier, je constate que la majorité de nos participants sont concentré sur
la Médina: point de vue intéresses, les traditions et ce qu’ils voient dans les
medias. Bref, il me semble que Google à traduit ‘Marrakech’ par ‘Médina’.

Et pourtant, comme l’article précédent, Marrakech est
beaucoup plus que la Médina. Aujourd’hui je veux mettre l’accent sur ses
témoins historiques cachées. Pour les photographes qui cherchent des autres
images et les gens qui aiment de découvrir des petits trésors: suivez-moi vers
un Marrakech différent: la nouvelle ville Gueliz.

Pendant notre promenade des Pâques, j’ai voulue trouver et registrer les
petits perles de construction: les maisons qui datent, je pense, des années 50
et 60. Je ne suis pas un spécialiste historique non architecturale, donc des
gens qui peuvent me fournir des infos ou corrections sont toujours bienvenus.

Pour moi, ses maisons là attendent leurs destin. Il me semble que leur future
n’est pas trop encourageante, en voyant tout les nouvelles constructions
‘limité 5 étages’ qui apparaissent à gauche et à droite de ses maisons
anciennes et charmantes. Je ne suis pas contre les nouvelles, mais je
pense qu’ils faut apprécier les anciennes en même temps. Je trouve même qu’une
mélange entres les nouvelles et les anciennes est beaucoup plus attirant qu’un
masse grise égale.

Par contre, en faisant attention pendant notre promenade à notre sujet,
j’ai vu 2 ou 3 maisons en état de restauration, complètement correspondant à ce
que j’espérais. Et bien là, nous entrons aussi dans le domaine des agences
immobilières et investisseurs et c’est une autre histoire qui vit à côté de
notre histoire, l’histoire du photographe.

Au moment que je trouve une autre petite villa entre toutes ses
appartements, j’essaie de trouver le bon angle et on pourrait dire que mon
corps et sur place, anno 2017, mais mes pensées ont fait le voyage avec une
machine à temps, vers les temps que cette maison était toute neuve et ses résidents
occupés avec leur arrivée dans la nouvelle maison. Avec les odeurs de peinture,
peut-être le parfum du bois utilisée pour les fenêtres, les portes et quelques
ouvrier qui finissent les derniers détails en frappant leurs marteau sur les
têtes des clous innocents …

Ou avec l’ancien hôtel, d’une époque sans Tripadvisor, sans visiteurs avoir
besoin d’une code WiFi et avec des clients qui ont trouvé l’hôtel sans Google
Maps. Une activité à cette époque unique: les gens ne travaillait pas fréquent,
des vacances était d’une autre ordre que aujourd’hui. Séjournez était encore
une expérience exceptionnelle. Les valises attendent pour être mis dans la
nuitée d’une coffre de taxi.

Et après leurs moment de gloire, quelque décennies plus tard, le
départ, le déclin, …

Certaines maisons sont encore habités, la plupart avec une végétation hors
dimension, essayant d’échapper les murs de leur prison. Les maisons donnent la
vue d’un prisonnier qui attend l’exécution de sa peine, sans savoir
l’infraction faite, quels qu’ils soient, sans connaître la raison. De panneaux
« à vendre » annoncent leur destin, mais quelle destin? Déchirure pour
faire place à une construction nouvelle? Ou ressuscitation vers sa vie
précédente, prête pour donner vie et envie aux habitants futures?

Mais attention, en cherchant les constructions ’50/’60, on peut manquer
quelques images intéressantes: j’ai vue pas mal de constructions qui, au
premier vue, ne correspondait pas à mon recherche car ils semblait trop
moderne. Et pourtant, ne pas chaque appartement et récent et le nombre de
chambres vides dans des bâtiments assez récents et abandonnés est grand. C’est
constructions fantôme ont leur histoire à eux, sans que je connais les raisons
de leurs état vide.

Pour les photographes:

Point de vue photo et techniques photographiques, ce sujet et un exemple
pour de photographes qui veulent améliorer leur style, les sujets. Pour un
photographe qui veut montrer la nouvelle ville, il est intéressant d’avoir un
sujet principale avant de commencer la promenade photo. Certaines entre nous
lutte le combat de sujet: il y a si beaucoup à photographier ou on ne trouve
pas un sujet. Prenez le temps, promener vous sans appareil et analyse les
endroits, trouve l’activité principale d’un certain place, quartier, ville.
Ensuite posez la question ‘C’est quoi, mon sujet?’

Une fois que vous avez bien précisé votre sujet, c’est partie pour trouver
les réponses en photo.

De cette façon, il sera plus facile de dire ‘non’ à certaines images.
Beaucoup de photographes retournent avec des centaines, même milliers images,
mais sans structure, sans sujet. De l’autre côté, c’est plus difficile si on
travaille en fonction d’un sujet précise: le photographe est obligé de utiliser
ces yeux, ces sensés, beaucoup plus intensif. Mais le résultat donnera beaucoup
plus de plaisir et confiance à lui même.

En ce qui concerne le développement et retouche, un sujet comme décrit dans
cet article ce prête à la créativité: l’image est faite principalement en
camera ‘cadrage, angle, lumière etc.) mais chaque photographe est libre de
donner son touche personnel, soit en travaillant sur les couleurs, peut-être
noir et blanc etc.

J’espère que vous avez découvert avec moi les trésors cachés de Marrakech
et que cela vous donne envie de sortir dans un environnement généralement vue
comme ‘pas intéressant’ .

Et si vous n’êtes pas photographes, déjà la promenade seul est agréable et
peut ajouter quelques éléments à votre connaissance de Marrakech. Et la
nouvelle ville…

Marc



Symbole quotidien: les taxis!

Perso Marc Posted on sam, mars 04, 2017 15:06:01

Enfin,
un peu de
temps pour préparer un nouvel article: les dernières nous sommes fort occupés
avec des séances photo ‘pack shot’ et les touristes ont (re)trouvé leur chemin vers
Marrakech: beaucoup de travail sur la table! Quoi qu’il en soit, regardons nous
le sujet d’aujourd’hui: une marque forte
à Marrakech et le Maroc: Taxi!

© Marc Van Vaek Bab Doukala – Marrakech

Après nos
premières vacances au Maroc nous nous réalisons très vite que le chauffeur et
son taxi garantissent des nombreuses d’histoires:
le prix, la qualité, le mode de conduite et plus d’anecdotes et des sentiments
différents. Pendant ce temps, 10 ans plus tard, nous savons bien comment la
fourche à la tige. Notre expérience nous dit que est surtout un peu différent
de le faire à Marrakech que dans les autres villes. Comme pour toutes les
villes, non?

© Marc Van Vaek Petit Taxi – Sidi Mimoun

Le taxi est un
moyen de transport largement utilisé au Maroc. Le prix que vous payez est
relativement faible vue la distance parcourue assez rapidement. Et une fois que
vous savez comment il est fait, il n’y a rien si utile et réconfortant que le
taxi.

© Marc Van Vaek Boulevard Al Al Fassi – Marrakech

Quelques règles
que nous appliquons lors de la prise d’un petit taxi à Marrakech:

1 Dites bonjour.
En fait, rien de spécial, je pense que c’est évident.
2. Votre destination:
les taxis n’aiment pas de faire demi tour, essayez de saisir un taxi qui roule
dans le sens de votre destination.
3. Petit est 3: Donc, s’il y a déjà deux
personnes assises dans le taxi, il n’arrêtera pas si vous êtes déjà deux.
4. Le prix: ne
demandez pas le prix. Il y a des compteur dans la cabine indiquant ce que vous
payez. Le compteur ne fonctionne pas? Ne faites pas une tragédie, et payez ce
qu’on appelle un prix raisonnable: quelque part entre 15 et 20 dirhams selon le
trajet. Si vous avez pris quelques fois un taxi vous savez combien vous devez
payer. Le tarif peut augmenter si vous prenez le taxi. Le tarif vers et depuis
l’aéroport est fixe et est plus élevé que le tarif du compteur.
5. Payez? En
sortant de la cabine. D’une manière calme et confiant. Vous pouvez toujours
laisser un pourboire.
En outre, ils ont
également un système de petits et grands taxis. Les petits taxis pour de
courtes distances dans la ville, les grands taxis, bien que pensez-vous, pour des
grandes distances entre les villes. Négociez d’abord le prix pour un grand
taxi, il n’y a pas de compteur.A noter: je ne
suis pas un expert officiel: demandez à vos voisins ou à la réception de
l’hôtel.

© Marc Van Vaek Devant Mamounia Hôtel

En outre, il y a également un système de petits et grands taxis. Les petits taxis pour de
courtes distances dans la ville, les grands taxis, bien que pensez-vous, pour des
grandes distances entre les villes. Négociez d’abord le prix pour un grand
taxi, il n’y a pas de compteur.

Et pour finir une
petite anecdote.

Il est arrivé il
y a quelques années, lors d’un de nos vacances. Nous nous sommes déplacés en
bus d’une ville à l’autre. Juste avant d’entrer dans notre destination, nous
passons une décharge avec des milliers d’oiseaux blancs assis sur les collines
de déchets. A un moment, ils volent tous ensemble en formant des nuages vivants
et dizaines d’images passent à haute
vitesse nos esprits. Ici, nous voulons absolument revenir, ça c’est sure et
certain.


Une fois que nous
nous sommes installés dans notre chambre en ville, nous avons pris la route directement vers les taxis.
Il a fallu un
certain temps avant que nous puissions clairement expliquer où nous voulions
aller, notre arabe est pas si grand. Une fois que les chauffeurs avaient
compris notre objectif, ils ne pouvaient absolument pas comprendre ce que nous
allons faire à cet endroit.

Quoi qu’il en
soit, après les négociations nécessaires et un billet trop cher nous sommes
arrivés à l’endroit conscient. Décharge: OK, appareil photo:: OK, les oiseaux: OK.
Tous les paramètres mise-en-place et maintenant, le secret de chaque
photographe sérieux, attendre… Apparemment les oiseaux avaient décidé de se
mettre en pause collective et aucun décollage étais affiché sur le panneau des
départs.
Et c’est à ce
moment que notre chauffeur revient dans l’histoire: il a compris ce qui
manquait, a quitté son taxi et se dirigea vers les oiseaux. Là, il a commencé à
produire des bruits en gesticulant avec ses bras dans l’espoir que les bêtes
allaient changer d’esprit. Avec un succès modéré. Après tous ces efforts, notre
chauffeur a vraiment droit à un repos bien mérité!
Nous avons vu
échouer nos images de rêve, mais nous avons gardé les rencontres avec le
chauffeur et la population locale de la décharge plus une belle histoire à ce
sujet. Et mêmes quelques images.

Un jour nous
revenons à cet endroit et, sans doute, nous serons à nouveau à la recherche d’un
chauffeur de taxi pour nos conduire et aider à rendre les oiseaux à décoller.

Astuces pour les
photographes
– connectez avec les gens
– Optez
pour la répétition, montrent la force de la présence du taxi dans les rues
– Optez pour panning
– Composez une collection des différentes
couleurs et designs
– Visitez
le station des taxis: beaucoup de gens avec leurs histoires et beaucoup de
véhicules.

Soyez un avec le décor, prends ton temps pour bien investiguer
toutes les activités. Et
pourquoi ne pas faire un petit tour pour découvrir le
secrets de la bouche d’un chauffeur?

Inscrire sur ce blog? bienvenue ICI



Gueliz, dans l’ombre photographique de Marrakech

Perso Marc Posted on dim, février 05, 2017 16:49:46

Aujourd’hui, je
veux écrire quelques mots sur Gueliz. Gueliz est la «nouvelle» ville,
mais commence aussi à compter ses années.

Quand on parle de
Marrakech, presque toujours les images traditionnelles des souks et de la
médina s’affichent. Je comprends: ces images captent l’imagination de chaque
(futur) visiteur ou touriste. Et ces images sont converties en réalité dès le
touriste fait ses premiers pas dans la médina. Habituellement, ces images
restent gravées dans la mémoire et je remarque que la plupart des touristes ramènent
que les images traditionnelles chez eux. Et c’est exactement ce qui me
frappe: ce n’est pas seulement les images qu’ils prennent avec, ils pensent souvent que c’est tout ce que
Marrakech (et le Maroc) a à offrir. C’est une image
ancienne et pas juste, ou plustôt une image incomplète.


Certes, même notre
première visite à Marrakech et au Maroc en général, ces images traditionnelles nous
ont enchanté et nous avons pensé qu’ils
étaient représentatifs pour Marrakech et l’ensemble du pays.

En tant que
photographe, ces endroits traditionnelles perdent leurs valeurs photographiques
(parce que ‘déjà-vu’) et je suis à la
recherche d’images «différentes» d’une ville. Et je ne veux pas dire l’image
«différent» des lieux touristiques ou différentes dans le sens artistique, mais
une image différente de Marrakech, moins connues. Gueliz a plus à
offrir dans le domaine de la photographie qu’on pensent et fournira le satisfaction nécessaire au photographe comme il a fait une image que
les gens disent ‘je ne savais pas que c’est à Marrakech’.


Après tout, la
«nouvelle» ville est beaucoup plus grande que la médina. Sur la carte vous
pouvez voir la taille de la médina en comparaison avec la surface de toute la
ville.

Gueliz est «seulement» un quartier de Marrakech. N’oublions pas Hivernage, Assif, Daoudiate, Semlalia, Mabrouka, et les autres. Tout d’un coup, un grand domaine se montre et en tant que photographe, je vois immédiatement le décor pour prendre des photos «différentes». Le défi est énorme et pas seulement pour prendre les photos mais aussi un peu pour montrer au gens qu’il y a plus que la médina au Marrakech.

En plus, comme
j’ai dit au début de cet article, Gueliz , à peine 100 années, offrent son
histoire déjà. Essayez de trouvez sont histoire et transforme le en photo. (Prochainement des images à ce sujet sur le blog)

Ne laissez pas
Gueliz dans l’ombre de la médina, trouvez les images différentes!

Astuces pour les
photographes:

– prenez le temps
d’étudier la carte d’une ville.
– comme toujours:
cherchez des endroits ou les autres ne vont pas.
– chaque rue,
chaque quartier a ces petits secrets.
– faites la
composition avec soin.

Inscrire sur ce
blog? bienvenue ICI



Abandonné

Perso Marc Posted on dim, janvier 29, 2017 14:09:52

Chers lecteurs,

La semaine dernière, j’ai écrit un mot sur un Marrakech «vide». Comme écrit
précédemment, je me pose souvent la question: et si? Et si Marrakech serait
vide? Et comment puis-je mettre cela dans l’image?

Il existe plusieurs solutions: en choisissant l’angle correspondant au
besoins et sortir au bon moment on peut réussir à obtenir l’image voulue. Ou j’ouvre
ma boîte magique en post-traitement.

Mais il y a une autre solution, peut-être encore plus simple: il suffit de
chercher des endroits où aucun se promènent. Véronique et moi avons fait, il y
a des années, la photographie urbex: EXploration URBaine:, nous cherchons des lieux
abandonnés, de préférence les usines et les grands bâtiments, où la nature a le
jeu libre sur les sujets présents.

Usine abandonné Ostende – Belgique

Au Maroc, il y a tout à fait beaucoup d’endroits qui servent la
photographie URBEX, dans le sens ‘abandonné’, ‘vide’, mais cette fois nous avons un peu triché en
visitant un emplacement d’urbex artificielle. Il s’agit d’un endroit
‘abandonné’-construit. L’emplacement fut construire pour un tournage de film,
mais je ne révèle pas le titre du film. Les amateurs de films parmi vous connaissent
de quel film il s’agit et si vous savez le genre de film, vous vous sentirez
moins à l’aise.

Fin 2016, Véronique et moi partaient vers ce lieu que nous voulions
capturer depuis longtemps…

La particularité du lieu est le style d’architecture,: tout sauf marocain. Le
film est sur une famille, en route dans le désert du Nouveau-Mexique.

Nouveau-Mexique? Maroc? Quoi?

Sur place nous avons trouvé donc une pompe essence ‘au désert du Nouveau-Mexique’
avec un gardien marocain, lui qui as trouvé sa place à cette endroit, assis sur
un siège, balançant sur les deux pieds arrière. Il me fait penser immédiatement
au pompiste qui, au début du film, donne directement l’impression d’un enthousiasme
lugubre. Soit, ce déplacement imaginaire de 10.000 km Nouveau-Mexique-retour est
interrompu par la voix du gardien avec un souri d’une oreille vers l’autre:
Salaam Aleykum!!!

Bon, dans le film l’acceuil était moins chaleureux… ici au Maroc, les
pompistes ne vous donnent pas de l’essence mais vous autorisent de prendre des
photos. 😉 (J’ai mes doutes qu’ils ont
un seul litre d’essence sur place)

Alors, chers lecteurs, qui sait quelle tournage as eu lieu avec cette pompe
essence? Et où il se trouve?

Inscrire sur ce blog? bienvenue ICI



Dimanche, jour de repos

Perso Marc Posted on dim, janvier 22, 2017 15:42:07

Dimanche, un jour
typiquement de repos. C’est à dire: pour moi, européen d’origine, le dimanche
est le jour de repos: le boulot d’une semaine pèse lourd et le dimanche est le
jour qu’on fait rien, le repos. En réalité je pense beaucoup de gens ont nommé
cette journée le ‘journée de repos’ mais utilisé de mauvaise façon pour
« journée que nous sortons, faisons des choses différent et relaxant pour
finir fatigué et épuisé, prêt pour une nouvelle semaine de boulot qui sera
conclu avec un weekend et … un jour de repos ».

Il fut un temps où on ne voyait personne dans les
rues, vides et abandonnés sur cette journée. Tout le monde restaient à
l’intérieur, occupé à profiter de son jour de repos, dans un fauteuil.

Au Maroc, les choses sont différentes, au premier
vue. Il me semble que ici, au Maroc, le dimanche est aussi considéré comme un
jour de repos: beaucoup moins de trafic et de gens dans les rues. Au moins dans
notre quartier, car Jma El Fna reste toujours fréquenté comme les autre jours
et même plus.

Comme photographe je cherche toujours une image
différente que ‘normal’. Des situations ou lieux bien connues, mais avec des
autres paramètres. Je me pose souvent la question: Et si…?
Et si les rues étaient vides à Marrakech? A quoi
ressemblaient-ils?
Place Ferblantiers
Khmis

Au but d’obtenir des images qui répondent à mon
exigence, il y a des différentes manières et outils: je joue avec le cadrage,
je peux me jeter sur le retouche ou j’attends le bon moment.

Quelques astuces pour les photographes:
– observez bien et profond les lieux: quelle
‘horaire’, positi0n soleil, activités?
– essayez, comme toujours, d’obtenir l’image
parfait, déjà en camera
– informez vous sur les journées calme: dimanche?
vendredi? fêtes?
– se levez tôt! (on veut être sur place AVANT le
lever du soleil)
– appliquez des techniques photographiques, en
jouant avec temps d’obturation

Inscrire sur ce blog? bienvenue ici



Le Maroc, un pays gazztronomique

Perso Marc Posted on mar, janvier 17, 2017 21:22:54

Au Maroc, les conversations
se dirigent facilement dans les matières ‘cuisinales’: les tajines, les tanjia’s,
le choix d’épices, le pain frais jusqu’au le whiskey Marocaine.

Aussi dans la
photographie, la nourriture et les plats sont des sujets fréquents; soit le
photographe est gourmand ou il travaille autour d’un thème.

Mon thème à moi n’est
pas les plats, mais un des outils utilisé entre autre pour préparer ce plat: la
bouteille à gaz, le Gazzz-tronomie.

Certaines
photographes prennent des photos de tous qu’ils aiment: des bâtiments, voitures,
gens, portraits, animaux, fleurs, … ou ils choisissent un thème abstract: les
couleurs et formes, lignes, etc. Choisir un thème clairement défini se traduira
par une meilleure apparence du collection d’images prises. En cherchant des images correspondante à leur thèma,
le photographe ferra beaucoup plus attention au composition de ses images.

Alors pour moi,
c’étaient les bouteilles à Gaz: le Gazzz-tronomique. D’abord trouver les couleurs différentes, les
traditionnelles rouge, orange, bleu et vert. Au debut, plein de possibilités.

Mais c’est vite
fini, la recherche: il n’y as pas si beaucoup de couleurs différentes. Alors il
faut chercher des combinaisons de couleurs. Rouge et bleu, bleu et vert, plein
de choses à photographier.

Et après les
combinaisons de couleurs, cherchez des applications différentes, même
inconnues. Les bouteilles sont utilisées partout à Marrakech.

Et ce n’est pas
fini après les couleurs, les combinaisons de couleurs et les applications.
Pourquoi ne pas chercher quelques images humoristiques. Avec un petit mot, les
images montrent peut être quelque chose de différence.
Finalement, faites
attention avec des thèmes inflammables, on ne sait jamais….

Quelques astuces
pour les photographes:

– choisissez max 3 thèmes principales.
– choisissez un thèmes réaliste: Un éléphant avec le cou d’une
girafe et pieds de souri ne sera vraiment
jamais sur Jma El Fna.
– cherchez un thème limité en temps,
ou justement pas.
– un théme peux excédé les lieux, don
pas seulement dans un ville ou pays.
– après les images évidentes, cherchez
les variantes, spéciales, différentes.
– Suivez notre atelier à Marrakech.

A bientôt

Marc



Visitez le Maroc

Perso Marc Posted on dim, janvier 15, 2017 13:44:04

Notre première rencontre avec le Maroc, déjà plus de 9 ans…
C’etait en voyage organisée: arriver à l’aeroport, dans le bus, direction hotel, dormir, lendemain matin tôt partir en direction Dunes d’or. C’est traditionelle et facile: découvrir beaucoup de choses dans un pays inconnu, limité en temps. A un rythme ‘Yella yella’…

Une des premières images prise: notre impression après une heure en vélo à Marrakech, notre premier début de soirée. C’est 2007, à peine habitué au trafic Marrakch, nous avons eu l’idée de nous jetter dans ce nid de guêpes en bicyclette.
Nous sommes quelque part dans le quartier Doukala, esseyant de survivre ce chaos. Aujourd’hui, 9 années plus tard, ils nous reste pas trop de secrets du trafic Marrakech, une mélange entre structure et individualisme.
Lendemain matin: départ pour le grand voyage de découverte: Yella en jeep, direction Dunes d’Or.

Une des autre premières images que j’ai pris: papa avec son fils, quelque part entre Marrakech et Ouarzazate. Pas seulement une des premières images, mais aussi une image avec beaucoup d’importance et sentiment. Cette image m’a hanté toutes les années suivantes, pas seulement en raison du composition.
Dans toute ça simplicité, l’image montre une grande partie de la vie. Des valeurs, l’évolution dans la vie, le grand voyage du début jusqu’au fin. Nous voyons le début du voyage de ce petit gamin, innocet et pure. Une image qui est en outre trouvable partout dans le monde: papa aavec son fils…

Et oui, 3 images du début de notre histoire au Maroc, et bien d’autres qui suivront, beaucoup d’autres … On dit souvent ‘les premières impressions comptent’, et ben, pas besoin de vous expliquer notre impression du Maroc

A bientôt
Marc



Facebook, instagram etc

Perso Marc Posted on lun, novembre 07, 2016 17:27:43

Et bien, en 2016 il n’y pas une manque d’outille pour communiquer avec les gens dans le monde.
Facebook, instagram, twitter etc … et c’est bien. Désormais toutes les manières de communication par mediaux sociaux, ce ne sont pas les outilles top pour un photographe.

Les plate-formes qui offrent vraiment un service photographique sont plustôt des sites comme 500px et youpic.

Une autre plate-forme donne des autres possibilités et des autres images.

Regardez ici chez Youpic pour trouver ma petite boîte avec des autres images, des autres pays…

Inscrire sur ce blog? bienvenue ici

Marc



Suivant »